Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Christophe Vieren

Trop de prélèvements obligatoires et de dépenses publiques tuent-ils la compétitivité et la croissance ? Match France-Suède !

7 Novembre 2012 , Rédigé par Christophe Vieren Publié dans #Prélèvements obligatoires & Dépenses publiques

  Le taux de prélèvements obligatoires tuent la "compétitivité" et la croissance !
Vraiment ?

Match France - Suède

   L'idée maitresse - et récurrente - du rapport Gallois est la baisse du taux de prélèvements obligatoires (TPO) par le biais d'une réduction des cotisations sociales, salariales et patronales - ce que le patronat appelle les "charges" - pour renforcer la compétitivité de notre économie. Voyons si un pays au TPO supérieur à celui de la France (50,7% vs 44,2%, 2005) peut être en meilleure santé que cette dernière ?

Pourquoi la Suède ?

Parce que, parmi les pays de l'OCDE et sur la dernière décennie au moins (1992-2012), la Suède est un pays présentant, par rapport à la France :

  • des taux de prélèvements obligatoires et de dépenses publiques supérieurs (et ce depuis des décennies) ;

  • un taux d'emplois publics très supérieur ;

tout en ayant :

  • des indices de développement humain brut (IDH) et d'IDH ajusté aux inégalités (IDH-I) ainsi qu'un indice d'inégalités (Gini) meilleurs ;

  • des indicateurs d'éducation et d'espérance de vie supérieurs ;

  • des taux de croissance et de chômage meilleurs  ;

  • un taux d'endettement public et des déficits publics inférieurs ;

  • . . .

   Chacune de ces données pour la France et la Suède (+ l'Allemagne) sont disponibles en bas de page.

 

   Un point noir : l'empreinte écologique d'un suédois (6,1 ha/hab) est supérieure à celle d'un français (5,6 ha/hab). Notons toutefois que la France se situe sous des latitudes plus chaudes et qu'en outre, la France utilise massivement le nucléaire, énergie décarbonée. Notons que malgré ce choix criticable à bien des égards, l'empreinte écologique d'un Allemand, résidant pourtant sous des latitudes moyennes plus froides, a une empreinte écologique par habitant inférieure à celle d'un français : 4,5 versus 5,6 !!!!

Alors pourquoi la Suède s'en sort-elle mieux ?

    Outre mon court billet perso sur le sujet (cf. Pourquoi la Suède s'en sort - plutôt - bien ?), je vous suggère cette étude très bien documentée : " Crises et transformation du modèle social-démocrate suédois " , J.-F. Vidal, Professeur de Sciences économiques à Paris XI, Revue de la Régulation , 22 pages, N°8, 2010.

 

    En effet, comme l'intitulé l'indique, la Suède a connu quelques crises dont la dernière, financière et la plus grave en 1991-1992, a induit des transformations de son modèle social : le niveau de dépenses publiques, de 65% du PIB avant cette crise, s'est aujourd'hui stabilisé à un peu plus de 50%.

 

    Ce niveau élevé de dépenses publiques était-il à la source de la crise ? Les réduire était-il la seule solution pour en sortir ?

 

    Si je devais résumer en une phrase mon sentiment, il s'appuierait sur cet extrait de l'étude ci-dessus : " Nous concluons que la grave crise financière de 1991-1992, qui a suivi la dérégulation du système bancaire, a joué un rôle plus important que l'érosion du système de négociations néocorporatistes, que le développement de l'état providence,  et que l'inadapation de la spécialisation des exportations. ".

 

    Autrement dit la crise financière a servi de prétexte pour mettre en place des politiques d'austérité afin de réduire les déficits publics induits par la récession entamé en 1987. En clair, les crises liées à 30 ans de dérégulation financière ont bon dos !

 

    Pour rappel, dans les pays de l'OCDE, les prélèvements obligatoires servent pour une large part à financer, d'une part la redistribution des revenus via les prestations sociales (prestations familiales, allocation logement, minima sociaux, . . . ), et d'autre part les services publics (dont santé et éducation qui en représentent de 45 à 75%). Voir mon billet Préjugés sur les dépenses publiques .

 

  Enfin, notons que les taux de croissance des pays sont principalement corrélés à leur PIB par habitant initial comme le démontre parfaitement cette étude menée sur 22 pays d l'Europe de l'Uest entre 1950 et 2000 : Le taux de croissance est avant tout corrélé au PIB/habitant.

   

___________________________
Accés aux données :

Complément d'informations :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christophe Vieren 14/11/2012 18:27


@Chris06 : elle a tardé à le faire mais l'OCDE reconnaissait en 2009 que Les prélèvements obligatoires favorisent la croissance


 


 


 


 


 

Christophe Vieren 13/11/2012 11:40


@Chris06 : oui en effet, la Suède n'échappe pas non plus à l'avancée du néolibéralisme. Car la baisse qu'il connaisse coïncide avec la crise bancaire qu'à connu ce pays dans le début des années
90. Crise bancaire due principalement à l'excés de dépenses publiques pour certains (non, chris, je ne leur mettrais pas d'étiquette), due principalement à la dérégulation bancaire pour d'autres
(cf. extrait des pp21-22 du document proposé : " Crises et transformation du modèle social-démocrate
suédois " , J.-F. Vidal, Professeur de Sciences économiques à Paris XI, Revue de la Régulation , N°8, 2010).


La vérité est donc entre les deux, le tout est de savoir si elle est plus près de l'une (excés de dépenses publiques ) ou de l'autre (exés de dérégulation bancaire).


Rendez-vous à la prochaine crise bancaire dans ce pays puisqu'il semble que peu de mesures aient été prises pour les éviter (à vérifier). Comme dans les autres pays : quatre en après la crise
bancaire mondiale(2008), le Steagall Glass
act (séparation des activités dépôts et affaires) n'a pas encore revu le jour (sauf peut-être la varirante Islandaise).


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 

chris06 12/11/2012 23:11


chic, Christophe a trouvé LE pays qui a un TPO plus élevé que la France et qui s'en sort pourtant bien mieux. Dépechons nous de l'augmenter! Le seul problème c'est que depuis douze ans, la Suède
ne cesse de le diminuer, on est maintenant au même niveau mais si on éli Christophe, on les battra peut être?