Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Christophe Vieren

Préjugés sur l'école

18 Mai 2012 , Rédigé par Christophe Vieren Publié dans #Prejuges_et_stigmatisation

Dixième d'une série d'articles démontant les préjugés sur la pauvreté, l'assistanat, l'immigration, les Roms, . . .

10) Sur l'école

10-1) « Ce n'est pas à l'école de régler tous les problèmes de la société »

VRAI et FAUX ! La loi d'orientation sur l'école de 2005 dit : « La scolarité obligatoire doit au moins garantir à chaque élève les moyens nécessaires à l'acquisition d'un socle commun constitué d'un ensemble de connaissances et de compétences qu'il est indispensable de maîtriser pour accomplir avec succès sa scolarité, poursuivre sa formation, construire son avenir personnel et professionnel et réussir sa vie en société. ». Cela dit bien que le rôle de l'école n'est pas seulement de transmettre des connaissances, mais aussi de permettre aux élèves de se construire des compétences, dont celle de pouvoir vivre avec d'autres différents de soi.

 

   Elle doit aussi permettre à tous d'acquérir ces connaissances et compétences. Mais on constate qu'elle peine à atteindre ces objectifs et à réduire les inégalités sociales, dans la mesure où l'échec et la réussite scolaire sont de plus en plus liés à l'origine sociale. En réalité, le fonctionnement actuel de l'école en France vise aussi un objectif non déclaré : sélectionner les meilleurs élèves qui s'orienteront ensuite vers des études supérieures et les postes de responsabilité.

10-2) « Dans les familles pauvres, les parents sont démissionnaires et se désintéressent de l'école »

FAUX ! Les parents défavorisés ont souvent peur de l'école car ils sont marqués par leur échec d'enfant. Par ailleurs, 80 % des mères non-diplômées s'estiment dépassées pour aider leurs enfants dans leurs études au collège, contre 26 % seulement des mères diplômées de l'enseignement supérieur (source :  « L'aide aux devoirs apportée par les parents », INSEE, 2004).

 

   Mais le lien entre pauvreté et échec scolaire n'est pas fatal : il est moins élevé dans la plupart des autres pays développés qu'en France, et très faible dans des pays comme le Canada, la Finlande, le Japon ou la Chine (source étude PISA).

10-3) « Heureusement que l'école est là pour corriger certaines inégalités sociales ! »

FAUX ! L'impact du milieu social sur la réussite ou l'échec scolaire est plus grand en France que dans beaucoup d'autres pays, et il grandit au fil des années. En 2009, plus de 75 % des élèves dont les parents sont cadres ou professions intellectuelles ont obtenu le bac général, contre 33 % pour les enfants d'ouvriers et 41 % des enfants d'inactifs ; le pourcentage de variation de performance des élèves en lecture, expliqué par le milieu socio économique est de 17 % pour la France bien au dessus de la moyenne de l'OCDE (14 %), le double de la Finlande du Canada ou du Japon.

Source : "Les inégalités à l'école", CESE, sept. 2011.

10-4) « Si les enfants pauvres réussissent moins bien à l'école, c'est qu'ils ne travaillent pas »

FAUX ! Les causes sont plus complexes que cela. Par exemple, « le niveau de diplôme des parents (particulièrement celui de la mère) et, de manière plus globale, les possibilités d'encadrement de la scolarité par les familles revêtent une importance au moins aussi grande que leur situation socio-économique » (Source : "Les inégalités à l'école", CESE, sept. 2011).

10-5) « Les enfants d'immigrés sont plus en échec scolaire que les autres »

FAUX ! C'est la pauvreté qui la plus grande cause d'échec scolaire et non pas l'immigration. Aniveau social égal, les descendants d'immigrés ne sont pas en moyennes plus touchés par l'échec scolaire que le reste de la population (source : "Les inégalités à l'école", CESE, sept. 2011).

10-6) « La mixité sociale dans les écoles nuit à la réussite scolaire »

FAUX ! Lorsque l'on met en oeuvre une pédagogie adaptée, les résultats scolaires de tous s'améliorent, comme le montrent les expériences de plusieurs établissements scolaires (voir l'exemple des écoles Anne Frank et Hélène Boucher à Mons-en-Baroeul, celui du collège La Durantière à Nantes - Feuille de route sept/oct. 2011 -, celui du collège Évariste-Galois à Nanterre - Feuille de route novembre 2011 -, etc.). Par ailleurs, l'école ne doit-elle pas préparer les enfants et les jeunes à vivre ensemble dans le respect des différences ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Patrick Luder 30/05/2012 17:39


De mon avis, l'école publique est devenue effectivemnet trop négative, c'est bien que les enfants soient confrontés à d'autres et à des problèmes, pas pas en permanence !


Si j'aurais l'occasion de mettre de temps en temps nos enfants dans des écoles plus positive,s je le ferais sans hésiter !


Les parents doivent éduquer et sociabiliser leurs enfants, c'est un fait, mais l'école est responsable du temps que les enfants sont dans leurs murs.


Je suis pour donner avoir plus de dialogue avec l'école et plus de moyens pédagogiques, quitte à faire moins d'heures d'écolage, elles seraient avantgeusement remplacées par divers
sensibilisation, petits travaux d0utilités publiques etc.


Mon fils, en première année d'école, sait déjà presuqe lire et compter après six mois (avec tous les enfants de sa classe) faire des heures pour faire de l'occupation ne sert à rien, nos enfants
mériteraient aussi de se former mieux (^tre mieux armés pour la vie) dans d'autres domaines !