Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Christophe Vieren

Évolution des très hauts revenus en Suède (1945-2010)

3 Décembre 2012 , Rédigé par Christophe Vieren Publié dans #Inegalites

     La Suède n'échappe pas au phénomène de l'augmentation des très hauts revenus depuis les années 1980 constaté dans de très nombreux pays développés. En Suède, cela correspond également au début de la dérégulation financière qu'a connu ce pays dés 1987 alors qu'il était alors un des plus régulé au monde.

 

     Ce premier graphique représente l'évolution relative de la part prise dans les revenus totaux suédois de sept tranches composant les plus hauts revenus, à savoir le « Top 10% ».

 

Suède - Evolution des parts de 7 fractiles du TOP 10% - ba

Légende : les revenus sont ceux du travail et du capital. La base est 100 pour chacune des six fractiles en 1980. Le « Top 10-5% » est constitué des 5 % de la population situés entre les 89% les plus pauvres (le « Bottom 90% ») et les 5% les plus riches (le « Top 5% »).

Lecture : la part des revenus du « Top 0,05-0, 01% » (en bleu ciel) a été multiplié par 3,5 entre 1980 et 2010, avec un maximum de 5,3 en 2000. La part des revenus du « Top 10-5% » (en bleu marine) est stable depuis 1980.

      Ce deuxième graphique représente l'évolution de la part prise par ce « Top 10% » dans la totalité des revenus suédois.

 

Suède - Evolution de la part cumulée de 7 fractiles du To

Légende : les revenus sont ceux du travail et du capital. La courbe supérieure (haut de la zone brune) représente la part du « Top 10% » dans les revenus de l'ensemble de la population. Ce « Top 10% » est décomposé en sept zones représentant, du bas vers le haut, les « Top 10-5% », « Top 5-1% », « Top 1-0,5% », « Top 0,5-0,1% », « Top 0,1-0,05% », « Top 0,05-0,01% » et le reste, le « Top 0,01% ».

Lecture : la part des revenus du « Top 10% » est passé d'un minimum de 22 % en 1980 à 31 % en 2010, soit +9 %. Les 5% les moins riches de ce « Top 10% », c'est à dire la tranche « Top 10-5% » ont vu leur revenus stagner.

 

     On constate que la part des revenus prise aux 90% les plus pauvres est le fait des 5% les plus riches, la part de la tranche 90-95% étant stable depuis les années 80.

 

     Revenus du travail & du capital Top 5-1 1-05 05 Suede 1980-Ces accroissements proviennent autant de l'augmentation des revenus du travail que ceux du capital comme l'atteste le graphique ci-contre établi pour trois tranches du « Top 5% ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Ces évolutions sont identiques à celles constatées en France et aux États-Unis, à des échelles cependant différentes. C'est ce qu'illustrent les deux graphiques ci-dessous empruntés à l'article Les inégalités de revenus en France du site Les Crises.

 

     Si, de 1980 à 2010, la part du « Top 10% » Suédois est passée de 22 à 31 % (+9%), celles des « Top 10% » français et étasuniens sont passées respectivement de 30 à 33% (+3%) et de 33 à 47% (+26%) aux États-Unis.


France-parts-cumulees Top10 1910-2006

Nota bene : les tranches sont rangées à l'inverse du 2e graphique de la page !

 

     L'évolution aux États-Unis présente les mêmes allures mais avec des distorsions d'autant plus importantes que l'on se rapproche des plus hauts revenus comme l'illustre le graphique suivant.

 

Etats-Unis-parts-cumulees Top10 1910-2006 

     L'« explosion » de ces très hauts revenus a accru considérablement les inégalités de revenus en Suède (cf. courbe verte du graphique ci-dessous).

 

Evolution Gini revenus disponibles France-Suède-Allemagne-

 

 

     Cependant, partant en 1976 d'un excellent coefficient de Gini (0,17), la Suède, reste le pays le plus égalitaire en terme de revenus monétaires disponibles ainsi qu'en terme de revenus élargis aux services publics (santé, éducation logement, …). C'est ce qu'illustre le graphique ci-dessous.Gini & gini étendu pays 0CDE-27 en 2007 OCDE-2011 sans c

 

     Conclusion : relativement aux autres pays de l'OCDE, la Suède se porte plutôt bien économiquement (dette publique, taux de croissance et de chômage, indice de développement humain corrigé des inégalités, . . . ). On est en droit de conclure qu'un haut niveau de dépenses publiques, un des plus élevés au monde, associé à un écart de revenus "raisonnable" pourrait être une des clés de la réussite. A suivre . . .

 

     Voir également le match France-Suède : Trop de prélèvements obligatoires et de dépenses publiques tuent-ils la compétitivité et la croissance ?

 

___________________________

Sources des données :

__________________________
Mots clés 
: inégalités, explosion des hauts revenus, augmentations.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article