Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Christophe Vieren

Deux Prix Nobel d'économie étatsuniens parlent de l’Europe et de sa politique d'austérité.

19 Avril 2012 , Rédigé par Christophe Vieren Publié dans #Dette publique

 

Paul Krugman fait le bilan de la crise en zone euro dans le New-York Times : Le suicide économique de l’Europe, (Europe’s Economic Suicide), 15 avril 2012.

« Il est donc difficile d’éviter un sentiment de désespoir. Plutôt que d’admettre qu’ils ont eu tort, les dirigeants européens semblent déterminés à conduire leur économie – et leur société – au bas de la falaise. Et le monde entier en paiera le prix. »

(de l'anglais : « So it’s hard to avoid a sense of despair. Rather than admit that they’ve been wrong, European leaders seem determined to drive their economy — and their society — off a cliff. And the whole world will pay the price. »)


Joseph Stiglitz, « l’Europe va droit dans le mur » dans une interview dans la Tribune de Genève, 16 avril 2012

« La seule bonne chose de l’année 2011, c’est qu’elle a été meilleure que ne le sera 2012 », estime le prix Nobel d’économie.

 

Si l’Europe poursuit ses programmes de restriction, « les années à venir seront vraiment dures ».

 

« La situation en Europe préoccupe Joseph Stiglitz : « Les chances de résoudre le problème par de nouvelles économies sont proches de zéro », relève-t-il dans une interview donnée au Tages-Anzeiger. L’Europe est même « menacée à court terme d’une deuxième récession ».

 « La plupart des gouvernements européens épargnent, ce qui accentue le ralentissement économique » constate le chercheur et économiste américain.

 

Et contrairement aux promesses faites, « on ne voit toujours pas poindre la lumière au bout du tunnel ».

 « Il n’y a au monde pas un seul exemple qui montre qu’il est possible d’assainir un État malade en réduisant les salaires, les rentes et les prestations sociales », poursuit l’ancien prix Nobel.

 

« La croissance ralentit, les recettes fiscales baissent et la question de l’endettement n’est pas résolue » ajoute-t-il en substance.

 

  _______________

  Post scriptum : ces citations ne signifient pas que je considère les paroles de ces prix (de la Banque centrale de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred) Nobel, comme vérités incontestables. Sur ce prix : Le "prix Nobel d'économie" : une habile mystification.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article