Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Christophe Vieren

DETTE PUBLIQUE : L'addition, service non compris, s.v.p. !

13 Avril 2012 , Rédigé par Christophe Vieren Publié dans #Dette publique


Que serait notre dette publique si nous avions pu continuer à emprunter à la Banque de France ?

Outre l'effet de la crise financière débutée en septembre 2008, la croissance de la dette publique de la France entre 1973 et 2012 a deux causes principales :

  • L'accroissement des inégalités : sur ce point voir Crise et inégalités, y a-t-il un rapport ?

  • La loi de dite « Rothschild » de 1973 en France, généralisée au pays de l'Eurozone depuis le Traité de Maastricht ;

En vertu de cette loi, le Trésor public ne peut plus emprunter à la Banque de France à faible taux, voire à taux zéro, ce qu'il faisait depuis toujours.

 

De quel montant serait la dette publique aujourd'hui si cette loi n'existait pas ?

Dans un billet important de André-Jacques Holbecq* sur la dette publique , ce dernier nous a produit ce graphique (cliquez pour agrandir) :

Evolution Dette constatee et sans interets 1979-2009 Holbec
   L'on constate que malgré le rebond depuis 2008, début de la crise financière, la dette publique reste très faible. Inférieure même à ce qu'elle était en 1979, 5 ans après la loi « Rothschild » de VGE (1973). Soit 9% du PIB !

   Autrement dit, sans ces intérêts – qui représentent chaque année la totalité de l'impôt sur le revenu, 25% du budget de l'état - il n'y aurait pas de déficit public ! L'accroissement des dépenses publiques hors remboursement des intérêts de la dette n'y est donc pour rien dans notre endettement croissant puisque ces dépenses publiques ne s'accroissent pas depuis 30 ans. Seules les recettes baissent !

 

Rappel au sujet de la crise débutée en 2008 qui a accru la dette publique : la séparation des activités bancaires de dépôt et d'investissement, l'équivalent du Glass-Steagall Act étasunien de 1932 (voir mon billet : Le Glass-Steagall Act français) est votée en décembre 1945 et sera abrogé par le gouvernement Mitterrand-Mauroy, sous l'impulsion de J. Delors en 1984 ! Bien avant les USA qui ne l'aboliront que 15 ans plus tard, en 1999. Huit ans après, la crise des Subprimes faisait entrer le monde dans une crise mondiale.


________________________

* A.-J Holbecq , économiste travaillant plus particulièrement sur la monnaie et la dette publique, a écrit plusieurs ouvrages dont en 2002 Un regard citoyen sur l'économie.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article