Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Christophe Vieren

En 2016, les 1 % les plus riches du monde possèderont plus que les 99% restant

20 Janvier 2015 , Rédigé par Christophe Vieren Publié dans #Inegalites

Je publie ici l'article du même nom posté par Jean Gadrey sur son blog ce mardi 20 janvier 2015. N'hésitez pas à commenter ci-dessous.

En 2016, les 1 % les plus riches du monde possèderont plus que les 99% restant puisqu'il possèderont plus de la moitié de la richesse mondiale !

C’est l’un des résultats d’une étude d’Oxfam, « Insatiable richesse », qui vient d’être mise en ligne. La part du patrimoine mondial détenue par les 1 % les plus riches est passée de 44 % en 2009 à 48 % en 2014, et dépassera selon toute probabilité les 50 % en 2016. En 2014, les membres de cette élite internationale possédaient en moyenne 2,7 millions de dollars par adulte. Vive la crise !

Les estimations utilisent les meilleures sources mondiales disponibles sur les patrimoines, dont celles du Crédit Suisse. D’autres chiffres renforcent le vertige devant la démesure, dont ce graphique, qui montre que si, en 2010, 388 milliardaires (le haut du classement Forbes) étaient aussi riches que la moitié la plus pauvre de la population mondiale, en 2014, il « n’en faut plus » que 80.

La concentration de la richesse vers le haut produit le dénuement « en bas » et même aux étages intermédiaires de la hiérarchie. C’est ainsi que les 80 % les moins riches ne détiennent que 5,5 % de la richesse mondiale totale des ménages.

Cette étude consacre d’importants développements aux mécanismes économiques, politiques, fiscaux, etc. de cet insatiable enrichissement, et en particulier à l’intense et très coûteux (mais hyper rentable) lobbying de cette oligarchie de taille infime mais au pouvoir immense… tant que les pouvoirs politiques s’en rendent complices ou, dans « le meilleur des cas », ne font rien de sérieux.

Extrait :
« En 2013, le secteur de la finance a dépensé plus de 400 millions de dollars dans des activités de lobbying aux États-Unis, soit 12% du montant total consacré aux activités de lobbying dans le pays cette même année, tous secteurs confondus. Par ailleurs, dans le cadre des élections de 2012, les entreprises de ce secteur ont dépensé 571 millions de dollars pour financer certaines campagnes électorales. D’après le Centre for Responsive Politics, c’est le secteur de la finance qui a apporté la plus grande contribution aux partis et aux candidats fédéraux. Les milliardaires américains représentent environ la moitié des milliardaires de la liste Forbes ayant des intérêts dans le secteur financier. Ce nombre est passé de 141 à 150 aux États-Unis, et leur fortune cumulée de 535 à 629 milliards de dollars, soit une augmentation de 94 milliards de dollars (17%) en l’espace d’un an. »

L’ensemble du patrimoine net des milliardaires ayant des intérêts dans le secteur pharmaceutique et de la santé a augmenté de 47 %. Eux aussi avaient dépensé 500 millions de dollars pour faire pression sur les responsables politiques à Washington et à Bruxelles, en 2013.

Oxfam craint que la force de lobbying de ces secteurs ne soit un obstacle majeur à la réforme du système fiscal international et n’impose des règles de propriété intellectuelle qui empêchent les plus pauvres d’accéder à des médicaments vitaux.

Oxfam appelle les États à adopter un plan en sept points pour lutter contre les inégalités :

- Mettre un frein à l’évasion fiscale des entreprises et des grandes fortunes ;
- Investir en faveur de la gratuité et de l’universalité de services publics comme la santé et l’éducation ;
- Répartir équitablement la charge fiscale, l’allégeant du côté du travail et de la consommation tout en taxant davantage le capital et les richesses ;
- Instaurer un salaire minimum et oeuvrer à un salaire décent pour l’ensemble des travailleuses et travailleurs ;
- Instaurer une législation en faveur de l’égalité salariale et promouvoir des politiques économiques assurant le traitement équitable des femmes ;
- Mettre en place une protection sociale suffisante pour les plus pauvres, notamment la garantie d’un revenu minimum ;
- Adopter l’objectif commun de lutter contre les inégalités à l’échelle internationale.

...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article